Chamanisme en Ouzbékistan

La maison d’Europe et d’Orient présente

Une soirée projection et débat animée par Sylvie Lasserre

En partenariat avec la Maison d’Asie centrale

dans le cadre du festival « le Printemps de Paris » (19 mars – 25 juin)

Vendredi 9 avril – 19hEntrée libre ; Réservation conseillée : 01 40 24 00 55

Ouzbékistan, décembre 2008. Un village aux confins ouzbéko-tadjiks. Au loin, les sommets enneigés des monts Turkestan. Un oued à sec, qui sert de piste. Au bord de l’oued, une ferme, la dernière avant la frontière du Tadjikistan, deux cents mètres plus loin. Là vit Mayram, la chamane la plus puissante de la région. Le regard perçant et malicieux. Des pommettes très saillantes. Calme. Sûre d’elle. Sylvie Lasserre a partagé sa vie, ce qui lui a permis d’assister à différents rituels. La neige fraîche a plongé le pays dans un doux silence. Moins quinze degrés la nuit. Coupures de gaz et d’électricité, pas d’eau courante, toilettes à l’extérieur, simple trou creusé dans la terre…

Dans cette région reculée d’Ouzbékistan, le chamanisme se pratique encore selon des méthodes préislamiques. Mayram soigne en jouant de la doïra, le tambourin grāce auquel elle ressent ce qui se passe chez les gens. Le rituel le plus important, long et complexe, est le « koch koch » – prononcer koutch koutch. Battements lancinants de la doïra, transes, larmes, rires, chants et cris des femmes… Mélopées de Mayram qui invoque les saints, les fées et les démons. Histoires de vies. Emotions.

Sylvie Lasserre est grand reporter, spécialiste de l’Asie centrale.
Elle est l’auteur du blog www.surlesroutesdasiecentrale.com



Maison d’Europe et d’Orient

Centre culturel pour l’Europe de l’Est et l’Asie centrale

(Librairie / Galerie / Studio – Bibliothèque Christiane Montécot – Réseau européen de traduction théātrale – Editions l’Espace d’un instant – Théātre national de Syldavie)

3, passage Hennel (accès par le 105, avenue Daumesnil) – 75012 Paris – tel + 33 1 40 24 00 55

http://www.sildav.org

Ce site est enregistré sur wpml.org en tant que site de développement.