Les peintures des monastères bouddhiques de Kucha.

 Kizil Cave 212. Seefahrerhöhle after Grünwedel 1920 pl. 19-20-1
Kizil Cave 212. Seefahrerhöhle after Grünwedel 1920 pl. 19-20-1

22 novembre

par Monika Zin, Directrice du projet de recherches sur les peintures de Kucha à l’Académie des Sciences de Saxe (Leipzig).

 

La propagation de la culture indienne en Asie centrale a été au centre de recherche menée par des chercheurs allemands pendant et après les soi-disant « expéditions Turfan » de 1902-1914. Leur exploration des peintures dans les sanctuaires rupestres dans la région de Kucha a permis la découverte d’objets ainsi que celle de manuscrits en Sanskrit. La Chine a mené d’autres recherches dans ce domaine après la révolution culturelle. Mais en raison de leur manque de familiarité avec la langue allemande, les chercheurs chinois ont largement ignoré les travaux des universitaires allemands et se sont appuyés sur leurs propres sources d’interprétation des peintures. Aujourd’hui, cependant, les questions demeurent auxquelles il ne peut être répondu qu’en prenant en considération les conclusions des chercheurs tant occidentaux et chinois. En outre, une étude de la tradition indienne (non seulement le Gandhara) semble très importante pour l’analyse des peintures de Kucha.

CONFERENCE à 18h

Ce site est enregistré sur wpml.org en tant que site de développement.