Search
Generic filters

Un modèle de stūpa en bronze des VIIe/VIIIe siècles du Pakistan/Afghanistan – 21 September 2021

© Museo d'Arte Orientale "Giuseppe Tucci" (MuCiv)

Métaphores visuelles d’événements réels: un modèle de stūpa en bronze des VIIe/VIIIe siècles du Pakistan/Afghanistan et ses liens possibles avec une cérémonie de jīrṇoddhāra

par Anna Filigenzi, professeur à l’Université «L’Orientale», Naples.

© Museo d’Arte Orientale “Giuseppe Tucci” (MuCiv)

Le Museo d’Arte Orientale “Giuseppe Tucci” (maintenant partie du Museo delle Civiltà), Rome, abrite une petite mais remarquable collection de sculptures en bronze qui, en raison de leurs caractéristiques stylistiques et iconographiques, peuvent être attribuées à cette catégorie depuis longtemps mais connu à tort sous le nom de «bronzes du Cachemire». Au cours des dernières décennies, non seulement les zones de production et de circulation de ces bronzes ont été reconnues comme beaucoup plus larges qu’on ne l’imaginait auparavant, mais leur esthétique sophistiquée et leur importance historique ont également commencé à être perçues plus distinctement. Au fur et à mesure que la connaissance contextuelle augmente, il devient de plus en plus évident que ces petits objets ont été façonnés selon une syntaxe iconographique rigoureuse, qui a rendu les images compréhensibles et significatives pour toutes les parties concernées, bien qu’à différents niveaux, à la fois spécifiques pour les artistes et les donateurs et général pour le public spectateur.

Ces bronzes ne portent que rarement des inscriptions dédicatoires ; néanmoins, on ne peut guère douter qu’ils célèbrent pour la plupart ‒ ou incarnent ‒ des actes de donation, surtout lorsque, comme dans le cas discuté ici, la composition sculpturale comprend des figures de fidèles de haut rang.

L’intérêt particulier de notre bronze réside dans le fait qu’il semble illustrer une narration abrégée et quelque peu stéréotypée d’un événement réel, en combinant la représentation détaillée d’un stūpa en forme de croix susceptible de reproduire un véritable monument ‒ avec la représentation d’une cérémonie spéciale clairement liée à cette dernière.

Les traits distinctifs du stūpa, le symbolisme complexe des éléments iconographiques supplémentaires et, en particulier, l’action accomplie par l’un des personnages, offrent des indices alléchants à la fois sur le sens réel de la narration (une cérémonie célébrant la rénovation d’un stūpa ?) et à l’identité du monument lui-même.

CONFERENCE à 18h dans l’auditorium au premier étage du musée Cernuschi, 7 avenue Velasquez, 75008 Paris.