L’Image et son texte dans les rouleaux peints – Résumés

La journée d’études:

L’image et son texte dans les rouleaux peints – Images and their Texts in Painted Scrolls

 se tiendra le Mardi 22 novembre 2022, de 11H00 à 18H00 , dans la salle du rez-de-chaussée de la Maison de l’Asie, 22 avenue du Président Wilson, 75016 PARIS .

 

 

The shape of text: Patterned texts in Dunhuang manuscripts (La forme du texte: les textes à motifs dans les manuscrits de Dunhuang)
Imre Galambos, Université de Cambridge (via zoom)

Il y a de nombreuses années, Herbert Franke a écrit un article sur les « textes à motifs chinois », dans lequel il décrivait une série de poèmes et d’autres types de textes disposés en cercles, en ovales ou en formes de choses spécifiques telles que des pièces de monnaie, des pétales de fleurs ou même une pêche. Il a principalement opéré dans le domaine de la culture imprimée, se concentrant sur les œuvres à partir des périodes Song-Ming. Le même phénomène, cependant, est également attesté à l’époque où les manuscrits étaient le support principal des livres écrits, avant que l’impression ne se généralise. Il existe un certain nombre d’exemples pertinents dans les manuscrits de Dunhuang et d’autres sites le long de la soi-disant route de la soie, mais ceux-ci n’ont été référencés que comme des cas isolés, sans les reconnaître comme faisant partie d’un phénomène plus large d’arrangement des textes dans des formes graphiques. Cet article explore le phénomène des textes à motifs dans les manuscrits médiévaux, en rassemblant les exemples disponibles et en les examinant collectivement. Bien que dans de nombreux cas, l’organisation du texte de cette manière ait été un exercice ludique, il existe également des exemples où le motif avait une fonction religieuse, comme aider à la méditation ou à la concentration.

 

The Picture Scroll of the Night Procession of One Hundred Demons (BnF): A Non-Human Festival or Catalogue? (Le rouleau illustré de la procession nocturne des cent démons (BnF) : une fête ou un catalogue de non humain ?)
Matthias Hayek, EPHE/ CRCAO

La collection de manuscrits japonais de la Bibliothèque nationale de France comprend un exemple d’un type de peinture sur rouleau (emakimono) aussi célèbre qu’énigmatique. Réalisée au XIXe siècle, mais suivant un modèle médiéval (XIIIe-XVIe s.), elle représente un cortège de créatures fantastiques, à la fois inquiétantes et cocasses, rappelant la croyance qu’il ne faut pas sortir certaines nuits au risque de rencontrer la «procession des cent démons». Je tenterai de situer cet objet, dépourvu de texte, dans le contexte d’autres types de représentation de non-humains anthropomorphisés.

 

A Tibetan scroll of illustrated rituals for death and new life (Un rouleau tibétain de rituels illustrés pour la mort et la nouvelle vie)
Amy Heller, CRCAO (via zoom)

Cette présentation portera sur un rouleau rituel tibétain illustré d’espèces d’oiseaux et d’animaux, de végétation, d’interprètes masculins et féminins de rituels, ainsi que d’objets rituels. Ce rouleau est conservé dans la collection de M. Mokotoff, New York, et est connu sous le nom de manuscrit de Mokotoff. L’ancienneté du rouleau a été établie à la fin du XIe-XIIe siècle (analyse radio-carbone 1080-1160, probabilité de 68 %). Le rouleau a d’abord été analysé en comparaison avec les premiers rituels funéraires tibétains Bonpo par J. Bellezza (2009, Death and Beyond in Tibet), et a ensuite été dûment exposé dans le contexte des rituels et des artefacts Bon à Bon Geister aus Butter (Vienne 2013, organisé par D. Klimburg-Salter, L. Lodja et C. Ramble). Plus récemment, T. Huber (2020, Source of Life) a analysé cette série de rituels comme une «procédure post-mortem dans le but exprès d’apporter une nouvelle vie au monde après un décès». Le cadre de Huber, d’un concept de renaissance, a une corrélation directe avec certaines des scènes illustrées, telles que l’arbre de vie entouré de gazelles ou de cerfs, ainsi que les oiseaux et les spécialistes rituels. Conceptuellement, les textes rituels et les illustrations de ce manuscrit permettent une comparaison avec les textes des premiers rituels tibétains tels que le rouleau tibétain P.T. 1134 et P.T. 1283 parmi les manuscrits de Dunhuang.

 

From Thangka to Text and Back Again: the Lama Mani (bu chen) Storytelling Tradition (Du Thangka au texte et inversement: la tradition de la narration du Lama Mani (bu chen)
Berthe Jansen, Université de Leyde (via  zoom)

Il existe un genre peu connu de rouleaux peints tibétains appelés thangkas narratifs (rnam thar gyi thang kha). Alors que ces peintures représentent une divinité principale, l’action réelle se déroule en arrière-plan. Ils dépeignent des histoires de héros qui subissent des épreuves et surmontent finalement toutes les adversités. Ces thangkas narratifs étaient des objets d’usage : utilisés par un conteur tibétain (lama mani/ bu chen) pour illustrer leurs contes. Dans cette conférence, je montrerai comment ces rouleaux, les textes qui les accompagnent et leur performance se sont croisés et comment la continuité de cette tradition est menacée.

 

Un rouleau de peinture de Dunhuang, Pelliot chinois 4524: l’image et son texte
Kuo Liying, Costantino Moretti, EFEO/ CRCAO

Le manuscrit de Dunhuang, Pelliot chinois 4524 est un rouleau de peinture racontant les combats magiques entre le disciple du Buddha, Śariputra et les six maîtres non bouddhistes, représentés par Raudrākṣa. L’histoire illustre d’un épisode de la fondation du premier monastère bouddhiste au Jetavana dont le texte explicatif se sépare en plusieurs sections écrites au verso du manuscrit correspondant à chaque scène d’image au recto. Nous allons le passer en revue et essayer de donner quelques hypothèses de son utilisation et fonctionnement.

 

Two Tibetan Scrolls (Deux rouleaux peints tibétains)
Charles Ramble, EPHE/ CRCAO 

  1. A Painted Chart (gab tse) for the Performance of Sino-Tibetan Elemental Divination (nag rtsis) (Une carte peinte (gab tse) pour la performance de la divination sino-tibétaine selon les éléments (nag rtsis)

Les Tibétains utilisent un très large éventail de procédures divinatoires afin de voir ce que l’avenir nous réserve et de décider de la marche à suivre optimale. Il s’agit notamment de l’interprétation des mouvements des oiseaux, de l’inspection des entrailles des animaux abattus, de l’analyse des rêves et bien d’autres encore. Les systèmes les plus sophistiqués sont ceux basés sur l’astrologie indienne et la divination chinoise selon les éléments, appelés respectivement skar/dkar rtsis (calcul astral/indien) et nag rtsis (calcul chinois). Ce dernier implique une compréhension des types de relations qui se rapportent entre les composants de certains ensembles de quantités, tels que les éléments, les trigrammes et les nombres significatifs par rapport aux unités de temps. Ces relations sont généralement représentées par des combinaisons de textes et d’images sous forme de tableaux, soit sous forme de «longbooks», soit, occasionnellement, de rouleaux connus sous le nom de gab tse. Cette présentation offrira un aperçu de la fonction d’une série de ces tableaux illustrés dans un gab tse tibétain provenant d’une collection privée à Mustang, au Népal.

  1. A Western Tibetan Manual for the Ritual Arrangement of Stones (tho) (Un manuel du Tibet occidental pour l’arrangement rituel des pierres (tho)

Les cairns de pierre (tho) de différentes sortes figurent dans de nombreux contextes juridiques et religieux tibétains. De petits tas de pierres – généralement pas plus de trois – sont utilisés dans certaines procédures de prestation de serment, et peuvent également être placés sur les champs pour empêcher leur utilisation par quiconque souhaite contester la propriété de la terre. Lorsqu’ils sont enduits d’ocre rouge, ils servent également de bornes territoriales et peuvent être hissés aux portes des temples lors des cérémonies pour signifier que certaines restrictions de mouvement et d’autres activités sont en vigueur. Les cairns plus grands sont souvent construits sur des cols de montagne ou à d’autres endroits comme résidence de diverses classes de divinités du monde. Beaucoup moins connue que ces activités est la pratique consistant à organiser les pierres selon certains modèles pour obtenir des résultats spécifiques souhaités. Cette classe de rituels semble de plus en plus rare et, à notre connaissance, n’est documentée que dans une seule publication en langue tibétaine relative aux croyances religieuses des nomades du Plateau Nord. Cette présentation discutera du contenu d’un parchemin du nord-ouest du Tibet qui contient des illustrations de vingt-sept arrangements de pierre différents, accompagnés de brèves légendes explicatives.

 

The Earliest Known Example of Chinese Elemental Divination in Tibetan.(Le premier exemple connu de la divination chinoise selon les éléments)
Sam van Schaik British Library (via Zoom)

Le rouleau qui fait l’objet de cette présentation, conservé à la British Library et classé comme Or.8210/S.6878, est le plus ancien exemple connu de divination chinoise selon les léléments (nag rtsis) au Tibet, et le seul manuscrit de Dunhuang à offrir un traitement complet de la tradition. Il constitue la preuve que le système a été utilisé par les Tibétains dès le 10ème siècle. Les pratiques divinatoires détaillées sur le rouleau sont représentées par douze schémas, divisés en trois sections. La première partie comprend deux diagrammes pour déterminer les bons et les mauvais jours pour voyager. La deuxième partie comprend neuf diagrammes permettant de déterminer les résultats d’un appariement entre un homme et une femme, en fonction de leur année de naissance. La troisième partie consiste en un seul diagramme, « la tortue dorée », qui est utilisé en calculant le jour du mois et en le mettant en correspondance avec une partie du corps de la tortue cosmique.

Ce site est enregistré sur wpml.org en tant que site de développement.